Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


L’aventure, c’est l’aventure !

Dans le dictionnaire, une aventure (en latin adventura) est une suite de péripéties et de rebondissements, constituant le plus souvent la trame d’une histoire fictive ou réelle. Remarquez que la Bible, dans ce sens, est un sacré livre d’aventures. Et un livre d’aventures sacrées. L’Avent, qui partage la même étymologie qu’aventure, est un temps pendant lequel les fidèles attendent et se préparent à ce qui va advenir.


Mais que va-t-il advenir ? Non, Jésus ne va pas naître le 25 décembre prochain, il est déjà né il y a 2019 ans. Il a vécu, est mort et est ressuscité et, depuis, tous les chrétiens vivent pour rendre grâce. La vie de chacun d’entre nous, et de toutes nos communautés, est alors eucharistie (du grec « rendre grâce »). Et toute notre vie durant, nous sommes appelés à vivre sur les pas de Jésus. Dieu, en créant le monde, a créé le rythme : les sept jours de la semaine. Et, dans l’ancien testament, on peut découvrir la mise en place de fêtes annuelles qui, toutes, rendent grâce à la présence de Dieu parmi son peuple. Pour nous chrétiens, le premier dimanche de l’Avent est celui où nous recommençons notre cycle de rendre grâce, notre année liturgique.
Il faut se souvenir que les juifs attendaient un Messie. Cette attente de la promesse de Dieu est bien celle de l’Avent. Nous avons trois grands témoins : le prophète Isaïe qui exprime l’espérance messianique, il annonce la naissance de l’Emmanuel ; il incarne à la fois la préparation de Dieu et les désirs de l’humanité. Jean-Baptiste, qui annonce la venue proche du Messie et invite à un baptême de conversion pour s’y préparer. Il est le précurseur. Dès son enfance, puis adulte, il désigne Jésus. Marie, enfin, qui accepte d’être la mère du Messie. Elle est le symbole de l’habitation de Dieu en nous.
Et nous, dans cette perspective ? Reconnaissons que notre vie de foi (et aussi notre vie tout court) est une véritable aventure, pleine de péripéties. De plus, en désirant suivre les pas du Christ, on se laisse embarquer dans une histoire que nous ne maîtrisons pas du tout. Justement, profitons de cet Avent pour nous préparer, non pas uniquement à Noël, mais à toute une année pour rendre grâce. Et cette période de l’Avent est celle où nous pouvons rendre grâce à cette promesse tenue par Dieu de nous envoyer son fils. Et, parce que Jésus s’est fait totalement homme – à l’exception du péché – il nous a rendu accessible à son Père. Revivons donc cet esprit d’attente, brûlants d’impatience. Profitons de cette période pour faire eucharistie (rendre grâce, je le répète !) de toutes choses. La venue de Jésus au plus profond de nous-mêmes, à Noël, n’en sera que plus riche.
François BAUDEZ

Légende image : Ai-je pris conscience de la patience de Dieu. Avant de s’incarner pour être le plus proche possible de l’homme, il a du « attendre ». Attendre neuf mois pour que Jésus naisse, attendre qu’il grandisse, attendre trente ans pour qu’il prêche, guérisse, nous sauve…
- Et moi, faut-il que j’aie tout, tout de suite ? Jusqu’où suis-je capable d’attendre ? 1 minute ? un quart d’heure ? Neuf mois ? Trente ans ? Est–ce que je peux rajouter 5 minutes à ma vie ? Alors pourquoi suis-je si pressé(e) ?






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP